• Salomé

LA LUNE ET LES CYCLES FÉMININS

Lors de la naissance du monde, la Première femme ouvrit les yeux et regarda autour d’elle. Elle vit les arbres et le ciel, la rivière et les montagnes, et elle prononça les premiers mots : « Qui suis-je ? »

Et les Premiers animaux du monde répondirent à son appel et vinrent à elle afin de répondre à sa question. La hase, la Femme Lièvre, s’avança vers elle et lui donna une fleur :

« Tu es Hase », dit-elle.

C’est alors que la Femme Cheval quitta son troupeau et lui donna un miroir.

« Tu es Jument », hennit-elle.

La Femme Hibou se glissa jusqu’à elle par les airs et laissa tomber un couteau incurvé à ses pieds.

« Tu es Hibou », hulula-t-elle.

L’Ourse s’assit devant elle et lui donna une coupe d’obsidienne.

« Tu es Ourse », grogna-t-elle.

La Première femme regarda tous ces animaux, interloquée, et demanda : « Mais comment puis-je être tout cela en même temps ? »

C’est alors que la Femme Serpent rampa jusqu’à la Première femme et attacha une ceinture autour de sa taille. Puis, elle attacha chacun des objets offerts à la ceinture.

« Tu es Serpent, siffla-t-elle. Tu es le flux qui s’écoule. »

Soudain, Mère Lune apparut, les inondant tous ensemble de sa beauté et de sa lumière.

« Ah ! Première fille, tu as découvert qui tu étais », lui dit-elle en souriant.

La Première femme regarda sa ceinture et leva son regard vers Mère Lune.

« Mais à quel moment saurai-je que j’appartiendrai au clan des Lièvres, à celui des Chevaux, des Hiboux ou des Ours ? », demanda-t-elle.

Mère Lune répondit : « Tu le sauras en regardant le ciel. Lorsque tu verras mon visage s’arrondir, tu seras avec le peuple des Lièvres, à la pleine lune, tu seras avec celui du Cheval, lorsque mon visage déclinera, tu resteras avec le

peuple des Hiboux et lorsque je quitterai le ciel, tu feras comme moi et tu hiberneras avec le peuple des Ours. »

C’est ainsi que la Première femme sut qui elle était.

La naissance du Monde - Miranda Gray


Photo © www.klink-photography.com

Dès le paléolithique en Europe, nous pouvons découvrir les premiers calendriers lunaires, des os gravés portant des encoches correspondant aux phases de la Lune. La Nouvelle Lune servait de point de référence pour débuter un cycle. Sur ces artefacts étaient aussi indiquées les menstruations et les grossesses. Peut-être la première façon de réaliser que la femme, comme la Lune, meurt et renaît chaque mois.


Chaque femme parle le langage de la Lune ; nos sociétés contemporaines et modes de vie urbains nous l’ont simplement fait oublier. En prenant conscience de notre nature cyclique, nous prenons conscience de l’impermanence de nos vies. Notre essence féminine, en mouvement perpétuel, non linéaire, se dévoile alors et s’harmonise.


Dans un cadre nous poussant toujours davantage à la performance, à la constance émotionnelle, nous (re)connecter à la lune (et par extension, à « plus grand que Soi ») nous ancre dans le Monde, nous crée une place au sein de l’Univers et nous fait vivre plus doucement. Nous prenons les couleurs des saisons au fil des mois et être davantage à l’écoute de notre rythme intérieur.


LE CYCLE FÉMININ


Notre cycle menstruel dure entre 28 et 30 jours et fait écho au cycle lunaire, qui lui dure en moyenne 29,5 jours (d’une Nouvelle Lune à l’autre). Notre cycle interne, tout comme celui de la Lune, est ponctué par quatre phases qui nous guident, nous montrent la voie et le tempo à prendre.


Peut-être avez-vous remarqué, si vous avez vécu en colocation ou avec une / plusieurs femmes, que vos cycles se sont harmonisés ; cela montre la profonde connexion que nous entretenons toutes ensemble, inconsciemment.

Photo © Unsplash

« Dans la tradition amérindienne, les femmes se réunissaient dans un moon lodge, un lieu à part où elles se retrouvaient pour vivre pleinement leurs menstruations et étaient déchargées des tâches quotidiennes. Ce lieu leur était réservé et elles avaient un rôle à tenir dans cet espace sacré pour toute la communauté. Pendant cet éloignement volontaire, elles se connectaient directement à l’astre lunaire et à leur utérus, elles développaient leur spiritualité, leur intuition, leurs capacités de rêveuses en lien avec l’univers et toutes les formes de vie : la Terre-Mère, les plantes, les animaux. Ces moments où les femmes pouvaient librement vivre leur intériorité duraient quatre jours, comme les quatre saisons, les quatre directions, les quatre éléments (Terre, Feu, Air, Eau) » - Gardiennes de la lune, Stéphanie Lafranque, Vic Oh


Aujourd’hui, le cycle menstruel s’est paré de tabou et le mystère de la création ne revêt plus ses attraits mystiques et magiques d’antan. Nous cherchons à cacher, figer, intérioriser et nous déconnecter de ce cadeau qui nous fait pourtant vibrer au quotidien. En nous reliant avec l’astre lunaire et à notre propre cycle (que nous prenions ou non une contraception), nous retrouvons notre équilibre et notre féminité sous toutes ses formes.


LES 4 GARDIENNES DE LA LUNE


Les 4 Gardiennes sont toutes les femmes que nous portons en nous au cours de notre cycle féminin ; dans la mythologie, elles s'alignent également avec les cycles lunaires. En accueillant les 4 Gardiennes en nous, nous nous connectons à la nature, à l'autre et surtout, à notre intérieur. Nous donnons de la rondeur à notre quotidien, nous nous permettons de nous vivre intensément sous toutes nos possibilités et nous concevons que tout est cyclique, tout passe.


Photo © Unsplash

Femme sage (nouvelle lune)

du jour 1 (premier jour des règles) au jour 7 de notre cycle

La première phase de notre cycle féminin correspond à la Nouvelle Lune. Une période d’intériorisation, à l’énergie yin, nous centrant vers nous-mêmes et nous poussant au repos. Nous ralentissons ici le rythme, nous entrons dans des journées plus méditatives, plus douces. La Femme Sage correspond à la saison de l’hiver et à l’élément de la Terre ; elle nous ancre dans le Monde, nous fait habiter notre corps plus intensément.

Ce que vous dit votre corps : prenez soin de vous, de votre monde intérieur. Prenez le temps de vous reposer, d’accueillir votre sensibilité avec bienveillance et écoutez ce que vos rêves, diurnes ou nocturnes, vous soufflent : ils sont davantage marqués pendant la Femme Sage.


Jeune fille (lune ascendante)

du 8ème au 14ème jour de notre cycle

C’est la période YANG de notre cycle, vers l’extérieur, le monde qui nous entoure. Elle est rythmée par l’élément de l’air et la saison du printemps, insufflant un vent de renouveau, de curiosité en nous. Physiquement, elle correspond à la phase folliculaire, de pré-ovulation. C’est un temps parfait pour établir de nouveaux projets / objectifs.

Ce que vous dit votre corps : l’heure est à la renaissance ! Vous sentez les énergies qui montent en vous et vous indiquent d’initier, d’entrer dans l’action, de prendre des décisions.


Mère (pleine lune)

du 15ème au 21ème jour de notre cycle

La Mère est notre phase yin portée vers l’extérieur. Phase ovulatoire de notre cycle, elle représente l’Amour avec un grand A : l’amour de la vie, de soi, de l’autre. Dans la douceur, notre corps nous indique que nous sommes prêtes à accueillir la vie et le don de soi, l’empathie se font ressentir avec puissance. Elle correspond à l’élément de l’eau, symbole de la grossesse et de la création et à la saison de l’Été.

Ce que vous dit votre corps : rayonnez ! Vos énergies intérieures sont assez stables et fortes pour vous permettre de vous tourner vers le Monde entier. Votre potentiel créatif, sous toutes ses formes, est à son plus haut. Vous diffusez douceur, partage et amour tout autour de vous.


Enchanteresse (lune descendante)

du 22ème au 28ème jour de notre cycle

Notre quatrième phase du cycle est une période yang tournée vers l’intérieur. Elle est rythmée par le feu et l’automne. C’est une phase de transformation, de quête de sens. Notre intuition est à son paroxysme pendant ces journées-là, nous ressentons le besoin de nous réaligner, de nous reconnecter à notre nature profonde. Physiquement, elle correspond à la phase lutéale, pré-menstruelle.

Ce que vous dit votre corps : écoutez-vous, restez inspirées et osez entrer en communication avec vous-même, physiquement comme mentalement. Suivez ce que votre instinct vous souffle.


LA MÉNOPAUSE


Pour les femmes pré-monopausées ou monopausées, la peur et la perte d’identité, l’impression d’un vide peuvent apparaître ; néanmoins, cette période insuffle un souffle nouveau pour chaque femme, ses énergies créatrices passant à une autre dimension.


Photo © Unsplash

« Notre cycle personnel, notre sexualité, notre envie ont maintenant la pleine place pour s’épanouir totalement. Dans certaines cultures, comme chez les Amérindiens, c’est alors que nous nous rapprochons de la Déesse et devenons des sages. Nous sommes plus libres et nous avons une connaissance de la femme et du corps que l’on sait écouter. Nous devenons pour nos sœurs des passeuses, des guides. Notre puissance est moins aléatoire. Nous utilisons pleinement les cycles lunaires pour les faire coïncider avec notre rythme intérieur. Il s’agit maintenant d’être attentives à notre corps selon une autre fréquence. C’est une nouvelle connexion mais le lien reste totalement présent. »

Gardiennes de la lune, Stéphanie Lafranque, Vic Oh


Que vous soyez menstruées ou non, sous contraception ou pas, la lune est là pour nous guider dans tous les pans de notre féminité. Embrassons chaque cycle, chaque période, en gardant à l’esprit l’aspect cyclique de chaque chose vécue.


Sources et inspirations:

Gardiennes de la lune, Stéphanie Lafranque, Vic Oh

La naissance du Monde - Miranda Gray

Cynthia Marc-Aurèle



Namaste,

Salomé