• Salomé

New York • carnet de voyage #2

Suite et fin de mon beau périple citadin au cœur de cette ville-Monde inépuisable.

-

Lundi

Levée de bonne heure, j'enfile mes habits froissés à la hâte et cours au métro, direction : Williamsburg. Je veux vivre le quartier à son réveil, dès l'aube. Une fois arrivée de l'autre côté de Williamsburg Bridge, je me rends au Loosie's Café, à deux pas de la station. Il est 7h00, le petit café vient d'ouvrir. L'entrée est d'un charme fou, avec sa végétation chatoyante apportant un souffle vivifiant à cet ancien quartier industriel. Je pousse la porte et me retrouve seule dans cet écrin de nature se mêlant à la décoration raffinée de l'espace.

Je passe la matinée à flâner dans Williamsburg, passant de petites ruelles résidentielles à des avenues où fleurissent des concepts en tous genres. Puis je reviens sur Manhattan, entre East Village et Lower East Side, à parcourir les galeries d'art déjantées de ces coins de l'île. Je m'offre une halte sucrée à Pause Café, un minuscule lieu très fréquenté par les habitants des deux quartiers. Après avoir papoté un moment avec le propriétaire des lieux, Amine, j'apprends que toutes les pâtisseries sont (réellement) faites maison, par une amie. Venant du Maroc, Amine a apporté sa touche solaire à la décoration de l'endroit et a tout fait pour que l'on s'y sente comme chez soi.

Le ventre plein et le ciel commençant à se couvrir, je cours au Metropolitan Museum of Art (MET) situé sur la 5th Ave. dans l'Upper East Side. Bon à savoir : lorsque l'on se rend directement au musée, l'entrée est en "Pay what you can" - sur internet, les prix des billets vont de 12$ à 25$ pour les étudiants et adultes. Le musée en lui-même est incroyable à visiter : le bâtiment est une véritable prouesse architecturale. Le MET regroupe tous les courants d'arts et les plus grands noms entre ses murs, que j'ai parcourus de long en large pendant cinq longues heures, de Rodin à Pollock en passant par Picasso et Van Gogh. Afin de bien terminer cette belle expérience, rendez-vous sur le toit pour admirer la vue de Central Park et vous balader entre les œuvres du jardin.

La pluie s'étant calmée à ma sortie du musée, je me plais à me balader dans Little Italy et Soho, aux rues rappelant de nombreux films et séries que je regarde depuis toute petite. Je m'arrête (encore) manger à Egg Shop sur la jolie rue Elizabeth (je vous en parlais déjà dans le premier carnet de route de New York). Ici, comme son nom l'indique, tout est fait à base d’œufs et ils ont même créé leur propre livre de recettes. Ce petit restaurant, oeuvre d'un couple ambitieux et généreux, sert des plats bons, simples et sains dans un cadre cozy.

Mon escapade du jour se poursuit tranquillement à Washington Park, mon deuxième petit parc préféré après Bryant Park, juste à côté de l'université de New York. Ici, l'ambiance y est estudiantine, jeune et quelque peu bohème. Sur le chemin, je tombe sur une riche librairie indépendante sur Prince St., McNally Jackson et sur une boutique-marché de créateurs locaux, Artists & Fleas.

-

Je rentre tôt à mon hostel (Jazz on Columbus Circle), car ce soir je change d'auberge, ayant préparé mon voyage à la dernière minute. Je reste dans la même chaîne, à Jazz on the Park dans l'Upper West Side. Située juste à l'entrée ouest de Central Park et à littéralement deux pas du métro, cette auberge est calme et accueillante, dans un quartier résidentiel et universitaire. N'ayant pas encore eu l'occasion de visiter cette partie de Manhattan, je me balade jusqu'à Morningside Heights, plus au Nord, et déambule autour de la belle université Columbia.

Je termine cette journée reposante à l'Osteria 106, un petit restaurant italien délicieux situé sur la même rue que mon auberge.

-

Mardi

Je commence la journée en me baladant dans Flatiron District, puis je marche jusqu'au sud de Manhattan pour prendre le South Ferry vers Long Island. Ce ferry me permettra surtout d'approcher la Statue de la Liberté gratuitement. À mon arrivée, je constate que je suis une des seuls touristes à attendre l'arrivée du bateau. Il y a un monde fou qui se dirige, pour la plupart, à l'intérieur sur les nombreux bancs ; pour ma part, je monopolise un bout du pont arrière, à l'étage, afin d'avoir une belle vue de Manhattan et de la Statue de la Liberté.

Une fois arrivée à Long Island, je me dépêche de monter dans le ferry retour, direction Manhattan. Le trajet dure une vingtaine de minutes et la vue qu'il offre de New York est unique. Avec du recul, j'aurais peut-être dû faire un tour à Long Island - ce sera pour une prochaine fois ! Je décide de revenir à Brooklyn Heights, joli quartier que j'avais visité plus tôt dans mon aventure. Ici, le chic est roi, de ses "brownstones" à ses allées d'arbres parfaitement rangés. Les maisons se suivent toutes dans des avenues calmes, à l'abri de l'effervescence new-yorkaise

A 18h30, je rejoins Amélie, que j'avais rencontrée à Montréal, pour aller à un Gospel. J'avais choisi celui de Times Square, qui est, surprise, moins touristique que les gospels populaires de Harlem. L'église, ancien théâtre, est immense et imposante et réunit plus d'une centaine de personnes. Ici, pas de silence religieux : tout le monde chante et danse sur les chaises, nous assistons à un vrai show où le pasteur, aux allures de présentateur avec micro et écran géant, se donne à 100% pour nous transmettre son énergie. Chaque mardi à 19h, la messe est consacrée aux chants pendant deux heures environ, précédés par des lectures de messages des croyants de toute la planète. C'est une expérience inoubliable à faire à New York, entièrement gratuite.


-

Mercredi

C'est ma dernière journée à New York, et c'est les jambes épuisées que je l'arpente. N'ayant pas trouvé le temps ni le courage de monter en haut de Top of the Rock ces derniers jours, je me décide aujourd'hui à le faire, dès l'ouverture (8h00). Le coucher de Soleil depuis les sommets de la ville attendra ! Ayant le vertige par nature, j'avais peur de l'ascension - j'ai même dû demander à un employé de monter avec moi dans l'ascenseur. Au final, la vue à couper le souffle et la hauteur des grattes-ciel ont eu raison de mes appréhensions et je n'ai pu que profiter du spectacle sous mes yeux. À cette heure-ci, la lumière a encore la clarté du réveil et j'étais presque seule sur les terrasses du Rockefeller Center. J'ai longuement hésité entre Top of the Rock et l'Empire State Building, ayant eu des avis partagés entre les deux, mais j'ai opté pour la vue de Central Park et du mythique building au lieu d'y être montée.

Après avoir passé près d'une heure à contempler ce paysage sans fin et à l'arrivée des premières hordes de touristes, je me décide à descendre. Je passe la matinée à flâner et à revisiter les monuments qui m'ont le plus envoûtée : Grand Central, Public Library, Bryant Park... La 5e Avenue défile sous mes pas et je me retrouve de nouveau dans NoLita pour découvrir une nouvelle perle gustative : Oficina 1M sur Broome St. Ce petit bistro italien sert une cuisine saine et sur le pouce, où tous les ingrédients sont frais.

Après m'être régalée, je profite des dernières heures qu'il me reste avant le retour en bus pour me balader. Je prends le métro jusqu'à Wall Street et je remonte l'île jusqu'au Nord, passant par Greenwich Village et Chelsea. Je m'arrête dans quelques jardins minuscules perdus entre les tours interminables et je prends le temps de parcourir, encore une fois, Central Park - impossible de s'en lasser.

Juste avant de rentrer dans le métro à Columbus Circle pour aller récupérer mon sac à l'auberge, je tombe sur un poète de rue ; ce dernier me demande de lui parler de ce que je veux à propos de moi, puis en l'espace d'un quart d'heure, il m'écrit un beau poème à ce sujet. "The Poem Guy", ce talentueux écrivain urbain, mérite toute votre attention si vous le croisez ! Ces quelques jolis mots rédigés à la machine à écrire clôturent brillamment mon escapade à New-York, cette ville que j'ai découverte trépidante et pleine de charme.

Namaste,

Salomé