• Salomé

Découvrir Medellin • 72 heures entre Street Art et quartiers vivants

Medellin, a été le point de départ de notre voyage en Colombie. Nous l'avons arpentée, à travers ses rues aux effluves de mangues et autres fruits frais, en trois journées bien remplies. De El Poblado et ses innombrables cafés à Comuna 13, le symbole même de la renaissance de Medellin, nous avons eu un véritable coup de coeur pour cette ville aux multiples charmes.


- Récit de notre escapade et bons plans pour vous aventurer dans Medellin en 72 heures -

Samedi.

Nous arrivons à Medellin vers 15h. Dès la sortie de l’avion, la chaleur humide vient nous happer et couvrir notre peau d’une couche de moiteur qui nous suivra tout le long du voyage. Nous prenons un bus pour nous rapprocher du centre : c’est parti pour près d’une heure de route en descente, contournant les paysages montagneux et verdoyants qui entourent la ville. Enfin nous apercevons, au loin, la forêt urbaine qui se dessine : les immeubles fins et vertigineux se dressent au milieu des collines.

Le chauffeur de bus nous dépose sur le bord de la route et nous indique de prendre un taxi pour rejoindre notre auberge de jeunesse. C’est après un très court trajet que nous arrivons devant Selina, dans le quartier El Poblado.

Photos © Selina


Nous partons rapidement à la rencontre de ce beau quartier où les bars et cafés semblent fleurir tout aussi joliment que la végétation luxuriante. Nous nous octroyons une halte déjeuner à l’hostel Colombia puis allons - courons - dormir à notre auberge (nous étions partis de Montréal la veille à 16h et avons pris 4 avions pour arriver à Medellin).

Une fois bien reposés, nous allons nous balader dans El Poblado et Manila au coucher du Soleil, alors que les rues s’animent peu à peu. Les couleurs de la nuit qui arrive teintent le paysage urbain de tons chauds et doux, et la chaleur se montre plus clémente envers nous. Manila et El Poblado sont deux quartiers qui se ressemblent sur de nombreux points: ils sont tous deux dotés d'une multitudes de belles adresses à la décoration soignée et aux menus qui font saliver, ils baignent dans une magnifique lumière tout au long de la journée et leur végétation abondante nous embarque au fil de nos balades dans des univers hors du temps. El Poblado se réserve la première place concernant l'ambiance nocturne et Manila devance de peu son voisin pour ce qui est de la tranquillité et des petits commerces de quartiers : vous y trouverez de nombreux libraires, fleuristes, cafés indépendants et autres merveilles presque secrètes.

Nous dînons à Alambique dans El Poblado, un beau restaurant “caché” au bord de la Calle 10 que nous avions repéré dans le blog de Le Cocotier Doré. Situé au troisième étage d'un immeuble sans indication, nous montons et découvrons, la porte poussée, une magnifique terrasse à la décoration bohème et aux multiples plantes. La cuisine revisite les plats typiques de la région avec un superbe goût ; mention spéciale pour leurs délicieux jus de fruits!

-

Ce soir-là, voulant nous rafraîchir avec une bière locale, nous apprenons que l'alcool est interdit tout le week-end car les élections ont lieu le lendemain.

Photos © Le Cocotier Doré


Dimanche.

Nous nous levons de "bonheur" et allons prendre notre petit-déjeuner à SERÉ dans Manila : un endroit où tout semble frais et alléchant. Il est encore tôt mais la terrasse ombragée de ce beau café est déjà bien remplie; cela fait moins de 24 heures que nous sommes à Medellin et nous constatons déjà qu'il réside ici une très forte sensibilité artistique et un goût prononcé pour le design!

En mangeant, nous commandons un Uber qui nous emmène au pied de Comuna 13, le quartier de Pablo Escobar jadis. Nous nous étions inscrits pour une visite gratuite de ce lieu chargé d’histoire, avec Laura, une locale qui y est née et qui y vit encore. Nous arrivons à temps au lieu de rendez-vous et commençons notre ascension ; il y a quelques années, pour redonner un second souffle au quartier, un gros programme d'urbanisme et artistique a été mis en place : des escalators ont été construits pour rallier les sommets de Comuna 13 - avant cela, la montée était tellement ardue et longue que la plupart des personnes qui y vivaient ne sortaient jamais de cette favela. Des murales jaillissent à chaque coin de rue et transforment la pauvreté apparente en une oeuvre contemporaine à ciel ouvert. Du haut de Comuna 13, la vue est à couper le souffle tant la ville est étendue. Laura nous explique les histoires des murales et des rues que nous parcourons aujourd'hui sans crainte. Elle nous emmène chez elle, nous montrant la réalité qui se cache encore dans bien trop d'endroits à Medellin.

Après cette belle visite riche en histoire et en émotions, nous allons marcher dans Estadio et nous arrêtons manger à Lutaya Bar-BBQ, un boui-boui de quartier délicieux ou les cuisiniers s’empressent de nous faire goûter aux spécialités.

Nous nous baladons dans Laureles, beaucoup plus résidentiel mais très mignon, aux maisons colorées et aux allées fleuries et incroyablement propres.

En fin d'après-midi, nous filons voir le coucher de Soleil à Pueblito Paisa, un lieu hors du temps perché sur une colline. Un conseil: allez-y en Uber pour gagner du temps et redescendez en marchant à travers les bois :)


Lundi.

Nous allons petit-déjeuner à Pergamino Café, à deux pas du Selina dans El Poblado. Ce lieu est une véritable institution à Medellin pour goûter au meilleur café et profiter d'un bon moment dans un cadre adorable. Là encore, chaque détail a été pensé dans la décoration, des tableaux accrochés aux murs jusqu'à l'harmonie des couleurs des tables et bancs.

Nous prenons ensuite le métro et découvrons l’effervescence d’El Centro et du Parque Berrio au matin. Le marché populaire grouille de Monde et tout se vend: poissons, fruits, vêtements.. Tout est étalé sur des draps ou des étals de fortune. L'ambiance y est à l'opposé des quartiers paisibles que nous avons vus jusqu'à présent. La chaleur vient ajouter une part d'animosité au tableau et nous nous sentons déjà nerveux, sans pour autant que l'on perçoive de l'insécurité.

Nous allons chercher un peu d’ombre et de quiétude au Jardin Botanique, où nous croisons iguanes et tortues sous les arbres. Le Jardin est un véritable havre de paix et un refuge pour de nombreux animaux, qui sont pris en charge par une équipe présente au quotidien dans le parc.

Nous passons un bon moment dans le jardin puis retournons à El Centro sous une chaleur écrasante. Nous nous rendons compte que chaque rue contient un type de magasins bien précis : une rue pour la peinture, une pour les pneus, pour l’électroménager… Nous souhaitons aller au Marché Minorista, qui apparaît dans nos recherche comme un haut lieu de la gastronomie locale et populaire à Medellin.

Plus nous avançons, plus l'ambiance devient pesante et inconfortable, alors nous rebroussons chemin et retournons vers le Parque Berrio. Nous prenons au passage des mangues et pastèques fraîches à côté du métro.


Nous nous rendons à la station San Javier pour prendre le Metrocable, un téléphérique qui nous emmène au-delà des montagnes pour nous offrir des vues renversantes sur la ville. Les favelas s'étendent à perte de vue ; les toits en taule laissent s’échapper des musiques joyeuses et des cris d’enfants. Au retour, nous rencontrons un couple de petits vieux du quartier vraiment mignons et très intéressés par nous (même s'il nous était impossible de communiquer dans nos langues respectives ou en anglais - nous ne parlons pas espagnol). Nous vagabondons dans Comuna 13 jusqu'au coucher du Soleil puis retournons à El Poblado. C'est déjà notre dernière soirée ici ; nous dînons de délicieux tacos dans le quartier avant de rejoindre notre hostel, où nous jouons à une partie de ping-pong avant d'aller dormir - Salento et la Cocora Valley nous attendent le lendemain.

Namaste,

Salomé